Crypto Academy

Qu’est-ce que la monnaie fiduciaire ?

la monnaie fiduciaire

7 min de lecture

Découvrons ensemble ce qu'est la monnaie fiduciaire, son origine et à quoi elle sert.

What is fiat money

Qu'est-ce que la monnaie fiduciaire ?

La monnaie fiduciaire est une monnaie, c’est-à-dire les billets de banque ordinaires et l’argent sur nos cartes bancaires (dollar américain, euro, rouble, yuan, etc.), dont la valeur est fixée et émise par le gouvernement. La monnaie fiduciaire sert presque toujours de moyen de paiement, qui repose sur les lois de l’État. Du latin, le mot fiat se traduit par : « Que cela soit ! », et il signifie également « instruction » ou « décret ». La plupart des pays utilisent cette monnaie pour acheter des biens et des services, investir et épargner. La monnaie fiduciaire peut se présenter sous forme d’espèces ou sous forme électronique. Avant l’abolition de l' »étalon-or » en 1973, les fonds fiduciaires étaient pourvus d’or, c’est-à-dire que derrière chaque billet de banque, il y avait une certaine quantité de métal précieux provenant de la réserve d’or de l’État.

Histoire de la monnaie fiduciaire

On dit que dans le monde antique, de nombreux types de monnaie marchandise étaient utilisés pour les échanges, les prêts ou les cadeaux, comme les coquillages et les perles, les peaux d’animaux, les bovins vivants et autres aliments à long terme, le miel, les cailloux, etc. Certains de ces types de monnaie avaient une valeur pratique, par exemple, il était possible de coudre des vêtements avec la peau, d’abattre du bétail et de nourrir la famille. Et par exemple, les perles étaient avant tout un moyen d’échanger des biens. Il est intéressant de noter que ce n’est pas la science, la religion ou la poésie qui a conduit à l’émergence de l’écriture humaine, mais la comptabilité.

Il fallait compter l’argent, et les calculs étaient de plus en plus nombreux. Il était trop difficile de se souvenir de tant d’informations, et les gens ont commencé à prendre des notes. Au début, les premiers monuments d’écriture ont été découverts en Chine, qui datent du IVe millénaire avant Jésus-Christ. À partir du deuxième millénaire avant J.-C., l’argent est fabriqué à partir de fer, d’argent, d’or et d’autres métaux. On trouve d’abord des pointes de flèches, des fragments d’épées, etc. Ensuite, les plus anciennes pièces de monnaie d’Europe étaient constituées d’un alliage d’argent et d’or et ont été émises en Lydie, par le roi Ardis, vers 685 av. À la fin du XIXe siècle, tous les pays développés avaient déjà utilisé des pièces de monnaie. Le papier-monnaie est apparu au premier siècle de notre ère. L’extraction des métaux précieux étant coûteuse, les pièces elles-mêmes pouvaient être facilement falsifiées, d’où la nécessité de contrôler la pureté de l’alliage, mais aussi de transporter un grand nombre de pièces, ce qui est très peu pratique. La première monnaie papier est apparue en Chine, en 812.

Différences entre la monnaie fiduciaire et les crypto-monnaies

La principale différence entre les crypto-monnaies et la monnaie fiduciaire est que la monnaie numérique n’est en aucun cas exprimée physiquement et qu’au niveau de l’information, les pièces sont soigneusement cryptées, ce qui empêche toute possibilité de falsification. Le calcul du solde est basé sur les transactions envoyées et reçues. La monnaie fiduciaire est acceptée au niveau législatif dans de nombreux pays du monde.

Cette monnaie n’a pas de valeur indépendante, et le taux de change est fixé en fonction des politiques et des garanties gouvernementales. Dans le même temps, les crypto-monnaies sont assez imprévisibles et leurs taux dépendent de divers facteurs tels que les nouvelles, les règlements législatifs, les politiques gouvernementales et même les déclarations des célébrités.

Avantages et inconvénients de la monnaie fiduciaire

Le premier avantage de la monnaie fiduciaire est qu’elle présente une stabilité plus notable, de sorte qu’il n’y a pas de forte volatilité. Malgré la popularité croissante des crypto-monnaies, les monnaies fiduciaires sont toujours très demandées. Elles sont échangées par un très grand nombre de personnes, ce qui rend les fluctuations du taux de change plus prévisibles. En outre, l’avantage de ces méthodes de paiement est que si vous perdez votre carte plastique ou oubliez votre code PIN, cela ne signifie pas que vous avez perdu de l’argent. Vos fonds sont toujours à la banque, vous pouvez donc en disposer sans limite après réception d’une nouvelle carte. Un autre avantage est que les opérations bancaires sont rapides et réversibles. En cas d’erreur, il est possible d’annuler la transaction si le fait de fraude est prouvé, et que la banque considère les raisons comme lourdes. Par ailleurs, le paiement en monnaie fiduciaire se distingue par une vitesse de transaction beaucoup plus rapide que celle des crypto-monnaies. Les utilisateurs doivent attendre 20 à 60 minutes pour que la transaction soit vérifiée et validée. Cependant, la monnaie fiduciaire est acceptée partout : dans les magasins, les restaurants, les taxis, les aéroports. 

On dit que la centralisation est un point faible de la monnaie fiduciaire. La plupart des projets qui fonctionnent avec la monnaie fiduciaire sont basés sur un serveur central. En piratant les serveurs, le hacker accède aux comptes des utilisateurs et vole de l’argent. En outre, l’inflation est également considérée comme un gros inconvénient. Puisque l’État est obligé d’émettre régulièrement de la monnaie, cela conduit à leur dépréciation progressive. La monnaie fiduciaire ne bénéficie pas de l’anonymat. Ainsi, vous devez fournir à la banque toutes vos données personnelles telles que votre nom de famille, les données de votre passeport, votre lieu de travail afin de créer une nouvelle carte bancaire ou un nouveau compte.

Où et comment échanger des crypto-monnaies contre de l’argent fiduciaire ?

Si vous vous demandez comment et où vous pouvez échanger des crypto-monnaies contre de l’argent fiduciaire, voici quelques méthodes les plus utilisées pour le faire. Pour quelqu’un qui essaie de vendre ou d’acheter des crypto-monnaies pour la première fois, cette méthode peut sembler la plus évidente – les échanges privés de crypto-monnaies. Il s’agit d’un service d’achat de crypto-monnaies ou de monnaie fiduciaire directement dans les bureaux. Il est également possible d’échanger des crypto-monnaies par l’intermédiaire d’une connaissance, mais vous devez être extrêmement prudent et attentif ici. Une autre façon d’échanger des devises auprès d’une autre personne est de passer par des échanges P2P comme LocalBitcoins. Ces plateformes font de la publicité pour acheter ou vendre. Les acheteurs peuvent négocier une transaction et fixer leurs propres conditions. L’un des moyens les plus légitimes et les plus populaires d’échanger des crypto-monnaies contre de la monnaie fiduciaire et inversement est de passer par des crypto-échanges professionnels. Vous ne traitez qu’avec la plateforme – pas avec les autres utilisateurs. La monnaie fiduciaire peut également être retirée sur un compte bancaire. Les fournisseurs OTC sont des agents de gré à gré qui mettent en relation l’acheteur et le vendeur contre une commission. Les négociateurs négocient généralement de grosses sommes d’argent pour acheter et vendre. Cette méthode d’échange de gré à gré est en plein essor. 

Cependant, nous avons étudié les informations détaillées sur les monnaies fiduciaires, et comment elles diffèrent des crypto-monnaies. Bien que les États et les personnes du monde entier fassent confiance aux monnaies fiduciaires, tous leurs inconvénients nous font penser que les monnaies numériques doivent parcourir un long chemin pour remplacer les monnaies fiduciaires sur le marché financier. Par conséquent, nous devons suivre la situation sur le marché des crypto-monnaies, lire les nouvelles et tirer des conclusions sur les perspectives possibles du marché de la monnaie fiduciaire et des crypto-monnaies.

Conclusions

Quelles informations sont partagées par les nœuds ?

Les informations partagées par les nœuds

4 min de lecture

Avez-vous déjà entendu parler des nœuds ?C'est le moment de savoir ce que c'est et quelles informations sont partagées par eux.

what info is shared by the nodes

Quelles informations sont partagées par les nœuds ?

Les utilisateurs travaillant dans le secteur des crypto-monnaies ont du mal à comprendre le concept de nœuds. Noda, traduit du latin, signifie nœud. Un nœud est un ordinateur qui fonctionne dans le réseau Bitcoin en utilisant le protocole p2p et qui permet aux nœuds de communiquer entre eux sur le réseau et de distribuer des informations sur les transactions et les blocs. Toutes les transactions sont gérées et coordonnées selon les canons d’un réseau distribué décentralisé, ce qui nécessite une interaction constante entre les nœuds. Si un nœud tombe en panne, il sera retiré du réseau pendant un certain temps et une re-synchronisation sera nécessaire pour rétablir la fonctionnalité. Plus il y a de nœuds dans le système, plus l’extensibilité du réseau est élevée. Cela augmente également la vitesse de validation des transactions.

À quoi sert un nœud?

Un nœud de réseau étant l’élément de base de l’écosystème blockchain, celui-ci ne peut exister sans lui. Lorsqu’un mineur a l’intention d’ajouter un nouveau bloc de transaction à la blockchain, il transfère le bloc aux autres nœuds. Ceux-ci, à leur tour, peuvent soit l’accepter, soit le rejeter. Si la vérification est réussie, alors le bloc est accepté. En d’autres termes, les nœuds de la blockchain constituent l’épine dorsale de la blockchain et celle-ci ne peut pas fonctionner correctement sans eux. De même, les nœuds qui font un mauvais usage ou tentent de distribuer des informations incorrectes sont rapidement reconnus par les nœuds honnêtes et déconnectés du réseau.

Le nœud surveille le consensus du réseau, collecte, enregistre les données des transactions et stocke les transactions validées. Chaque participant fournit volontairement son propre matériel pour soutenir la blockchain et n’est pas rémunéré pour ces services. Pour devenir un nœud, l’utilisateur doit installer un logiciel spécial conçu pour une crypto-monnaie particulière. Un nœud complet remplit des fonctions de routage, d’alimentation de la base et de support global de la blockchain.

En outre, la définition d’un nœud peut varier considérablement en fonction du contexte utilisé. Lorsqu’il s’agit de réseaux informatiques ou de télécommunications, les nœuds peuvent offrir différents services, agissant soit comme un point de redistribution, soit comme un point final de communication. Après tout, ils remplissent des fonctions telles que la conservation de copies complètes du grand livre et la mise à jour des données à la version actuelle synchronisée avec d’autres nœuds. Habituellement, un nœud est une unité réelle d’équipement informatique, c’est-à-dire un ordinateur personnel connecté au réseau Internet avec un portefeuille local installé et synchronisé avec la blockchain. Tous les participants au réseau disposent de copies absolument identiques du grand livre distribué. Par ailleurs, un nœud peut également être virtuel. Il existe également des nœuds de réseau légers qui ne disposent pas de leur propre copie de la blockchain, ainsi que des nœuds spéciaux d’autres types. Mais tous doivent être connectés au même réseau peer-to-peer pour échanger des informations. 

Il existe plusieurs types de nœuds : nœud complet, nœud léger, nœud maître, supernode. Tout d’abord, les nœuds complets sont des nœuds de communication qui sont totalement indépendants les uns des autres et qui stockent toutes les données dans la blockchain. La particularité de ces nœuds est qu’ils fonctionnent de manière totalement autonome les uns par rapport aux autres et ne font pas confiance aux décisions des autres nœuds de communication. Les nœuds légers sont des nœuds de communication qui ont moins d’autonomie que les nœuds complets. Ils ne stockent que les en-têtes des blocs de transaction dans le réseau et dépendent des nœuds complets. Le masternode est un nœud complet spécialement adapté, qui agit comme un nœud de communication de confiance et représente une connexion au portefeuille de crypto-monnaies du réseau avec un dépôt placé. Ensuite, les supernodes sont des masternodes fonctionnant sans portefeuille et agissant comme un point de convergence de l’API de la crypto-monnaie.

Cependant, ce sont les nœuds qui établissent les règles, et non les mineurs. Les mineurs reçoivent les transactions validées par les nœuds et créent des blocs qui seront également vérifiés par le nœud. Il est important de noter que les règles de consensus ne sont pas déterminées par les mineurs ; leur travail consiste à placer la transaction dans un bloc que le nœud considère comme correct. La stabilité de la blockchain dépend du fonctionnement du nœud, et les utilisateurs doivent être particulièrement attentifs à sécuriser le réseau afin que les attaquants ne puissent pas exploiter la vulnérabilité des nœuds.

Conclusions

Qu’est-ce que NFT ? Et pourquoi est-il différent des autres jetons ?

Qu'est-ce que NFT ?

5 min de lecture

Qu'est-ce qu'un jeton non fongible ou NFT ? Est-il différent des autres jetons ? Nous allons le découvrir ensemble.

what is the non-fungible tocken_(NFT)

Qu'est-ce que NFT ? Et pourquoi est-il différent des autres jetons ?

La blockchain et les crypto-monnaies existent depuis des années, mais le NFT est relativement nouveau. Qu’est-ce que c’est ? Techniquement, toute crypto-monnaie est un jeton, mais tout jeton n’est pas une crypto-monnaie. Cela dépend des fonctions qu’il remplit.  Une blockchain est une base de données qui est stockée simultanément sur un très grand nombre d’ordinateurs. Dans le modèle traditionnel de l’Internet, tous les appareils sont connectés à des nœuds centralisés. Dans un système de blockchain, tous les appareils stockent simultanément toutes les informations publiées sur la blockchain. Les jetons sont une entrée de registre dans la blockchain. La caractéristique distinctive de la plupart des tokens est le principe d’interchangeabilité. Le NFT, un jeton non fongible, est un type de jeton cryptographique dont chaque instance est unique et ne peut être échangée ou remplacée par un autre jeton similaire.

Qu’est-ce que le NFT ?

Un NFT fonctionne comme un jeton cryptographique, mais contrairement aux crypto-monnaies telles que le Bitcoin, il n’est pas mutuellement interchangeable, en d’autres termes, il n’est pas fongible.Il y a des choses que l’on ne peut pas remplacer, comme la Joconde. L’original est unique, les autres ne sont que des copies.  C’est pourquoi le format des jetons non interchangeables a été créé afin de transférer des objets uniques sur la blockchain. Chaque NFT est unique et existe en un seul exemplaire, il ne peut pas être séparé, et toutes les informations sur son auteur, son acheteur et toutes les transactions avec lui sont stockées en toute sécurité dans une blockchain. Un NFT est un certificat numérique attaché à un objet unique. La plupart des jetons NFT fonctionnent sur la blockchain Ethereum et utilisent la norme ERC-721 pour les créer.

Sur le plan fonctionnel, ils sont presque identiques aux jetons les plus courants de la norme ERC-20. Mais il existe une exception très importante : la non-interchangeabilité, qui permet aux jetons ERC-721 de confirmer le caractère unique d’un actif. Toute personne qui possède les droits intellectuels d’une œuvre d’art ou d’un produit qui existe sous forme numérique peut créer son jeton NFT. La libération de votre NFT s’appelle le monnayage. Pour monnayer votre dessin ou votre œuvre, il est possible de le faire sur Rarible ou OpenSea et d’autres.

Le NFT n’est pas seulement un outil de tokenisation d’objets d’art numérique et de divers objets de collection. Mais cette technologie a également atteint les services financiers, notamment décentralisés. Au cours des derniers mois, des projets opérant sur le marché du DeFi et utilisant le NFT ont commencé à apparaître. Le propriétaire d’un NFT peut disposer de son jeton à sa guise, y compris le revendre. Jusqu’à présent, cela se produit rarement – le marché des jetons non échangeables est à un stade très précoce de son développement, de sorte que le nombre de reventes de NFT reste insignifiant.

Comment créer mon jeton NFT ?

Il s’avère que la création d’un jeton NFT n’est pas difficile du tout. Au total, pour créer votre jeton NFT, vous avez besoin d’un portefeuille Ethereum, du site Web opensea.io. et du contenu particulier que vous voulez mettre dans le jeton. Allez sur : OpenSea, choisissez Créer/Mes collections. Et au cas où vous ne seriez pas enregistré, vous obtiendrez une fenêtre vous indiquant que vous devez vous connecter via le portefeuille Ethereum. 

Pour ajouter un jeton, vous devez créer une collection pour cela appuyez sur « Créer ». Ajoutez le logo de la collection, le nom de la collection, et la description, voilà une collection créée ! Vous pouvez ajouter des éléments ( jetons ) en cliquant sur « Ajouter des éléments » et dans la fenêtre suivante « Ajouter un nouvel élément ». Ajoutez le fichier média que vous voulez mettre dans le token. Cela peut être une image, une vidéo, un modèle 3D, un son. Les formats autorisés sont JPG, PNG, GIF, SVG, MP4, WEBM, MP3, WAV, OGG, GLB, GLTF, jusqu’à 100 Mo. Ajoutez également le nom du jeton. Vous pouvez ajouter un lien et une description en dessous, et vous pouvez également ajouter diverses caractéristiques au jeton. Vous pouvez également ajouter un contenu verrouillé, qui ne peut être vu que par l’acheteur (le propriétaire de ce jeton). Ensuite, indiquez le nombre d’exemplaires dans lequel le jeton est émis. Cliquez sur « Créer » et le jeton est créé ! Il faut quelques jours pour le vérifier. Ensuite, vous pouvez le vendre si vous le souhaitez. Pour ce faire, cliquez sur « Vendre ». Habituellement, sur Opensea, les ventes se font sous forme d’enchères. Vous n’avez pas besoin de payer pour créer de l’art numérique et le stocker. Il sera nécessaire de vérifier le jeton et de le mettre en vente aux enchères et la commission pour cela sera de 0,03 Ethereum.

Que peut-on vendre sous forme de NFT ?

Tout peut être vendu sous forme de NFT : des images, du texte, de la musique, des vidéos, des billets d’événements, des artefacts de jeux vidéo et de réalité virtuelle, ou même les droits d’utilisation des noms de portefeuilles de crypto-monnaies – c’est-à-dire tout produit numérique qui se veut unique. Les collectionneurs, les joueurs, les grandes publications, les chanteurs, ainsi que les artistes et les amateurs d’art accordent une attention particulière aux NFT.

Le marché des jetons non interchangeables se développe extrêmement rapidement et la technologie et l’infrastructure de la blockchain ont considérablement évolué au cours des dernières années. L’une des futures applications potentielles de NFT est l’enregistrement par blockchain de documents uniques. En raison de la fiabilité de la blockchain, les diplômes, les certificats et divers documents pourraient être émis au format NFT, ce qui contribuerait potentiellement à éliminer le risque de falsification.

Conclusions

Qu’est-ce qu’un Stablecoin ?

Qu'est-ce qu'un Stablecoin ?

5 min de lecture

Faisons connaissance avec un stablecoin en lisant cet article. Vous découvrirez ses types et son rôle dans le monde de la cryptographie.

what's stablecoin

Qu'est-ce qu'un Stablecoin ?

Le Stablecoin est un type de monnaie numérique stable et liée à des actifs réels, tels que le Fiat (par exemple, USD, EUR, CNY ou JPY) et parfois même à l’or ou au pétrole. Elles ont un taux fixe, qui peut varier de 1% dans chacune des parties. Les crypto-monnaies ne sont liées à aucune banque ou institution centrale. Au contraire, ces actifs reposent sur leur cryptographie et un audit strict. Avec leur aide, les investisseurs et autres acteurs du marché sont en mesure de faire face à un certain nombre d’inconvénients des crypto-monnaies classiques, ainsi que de fournir l’échange rapide et bon marché d’une monnaie stable partout dans le monde, sans limites. Cette catégorie d’actifs numériques présente également une faible volatilité des taux de change.

Le Stablecoin offre un prix stable, ce qui le facilite pour certaines fonctions, comme le support d’échange, l’unité de compte et l’accumulation de valeur. L’objectif de la création du Stablecoin était d’intégrer les nouvelles innovations économiques dans les entreprises existantes sans risquer de perdre des fonds. Par conséquent, les Stablecoins peuvent être utilisés pour divers règlements entre deux contreparties derrière le système bancaire, offrant une sécurité et une confidentialité élevées. 

Types de Stablecoins 

Tous les Stablecoins actuellement disponibles peuvent être divisés en trois types :

    • Les Stablecoins soutenus par des monnaies traditionnelles et d’autres actifs. Disons que vous disposez d’une certaine quantité de dollars, par exemple, et que des jetons numériques sont émis pour ce montant dans un rapport de 1 à 1. L’algorithme est simple, fiable et accessible à tous. Comme nous l’avons déjà mentionné, l’or, le pétrole, etc. peuvent servir d’actifs.
    • Les stablecoins soutenus par d’autres crypto-monnaies. Tout est identique, mais au lieu de monnaies fiduciaires et d’autres actifs financiers, ces stablecoins sont « arrimés » à des cryptocurrences de premier plan telles que le Bitcoin ou l’Ethereum. Comme vous pouvez l’imaginer, ce système n’est pas sûr. Un impact inattendu de la valeur, adossée au stablecoin, pourrait presque complètement dévaluer la crypto-monnaie.
    • Stablecoins sans sûreté. C’est encore plus facile. De tels jetons ont n’importe quel prix, puisqu’ils n’ont aucun lien avec quoi que ce soit de tangible. 
    • Lorsqu’il s’agit de monnaies stables basées sur des monnaies fiduciaires, un excellent exemple serait Tether (USDT), TrueUSD (TUSD). Le plus grand stablecoin soutenu par des matières premières est DGX, un jeton Erc-20 soutenu par de l’or physique, entièrement contrôlé et stocké dans la chambre forte de Safe House à Singapour. L’exemple le plus marquant de jeton soutenu par une crypto-monnaie est MakerDao (DAI). Et pour ce qui est des monnaies stables de type sénorrage, Basis et Havven sont de bons exemples.

      Avantages et inconvénients des Stablecoins

      Le Stablecoin présente un certain nombre d’avantages. La volatilité des Stablecoins serait plus faible que celle des autres crypto-monnaies. Leur prix dépend directement du taux de change de l’actif réel. Il transforme leurs jetons en un moyen de paiement utilisable pour les paiements de la vie quotidienne. En outre, l’inflation est également possible pour ces crypto-monnaies. C’est une incitation supplémentaire à les dépenser, plutôt que de les garder dans la tirelire. Le développement de l’industrie des crypto-monnaies et des actifs numériques peut se faire dans plusieurs directions. Par exemple, les Stablecoins permettent aux services de crédit et d’assurance d’apparaître sur la blockchain en raison de leur faible prix. Il empêche les fortes hausses du cours des crypto-monnaies classiques. En outre, le Stablecoin ne peut pas être affecté par les actions du gouvernement ou de la Banque centrale. Il est important de noter que les stablecoins pourraient être utiles pour les pays ayant un niveau élevé d’inflation. Le phénomène des stablecoins se caractérise par une stabilité et une sécurité totales, éliminant les vulnérabilités ou la fragilité du système.

      Le tableau serait incomplet si nous ne mentionnions pas les inconvénients intrinsèques au Stablecoin. Le premier inconvénient réside dans la liaison aux monnaies fiduciaires. Par exemple, si le prix du Stablecoin dépend du taux de conversion du dollar, alors ces jetons en deviennent le dérivé. De plus, le principal inconvénient est que des intermédiaires sont nécessaires au fonctionnement, ce qui augmente les risques d’émissions incontrôlées. Par conséquent, la décentralisation est impossible. L’émission de stablecoins nécessite la création de sociétés spéciales, responsables de la fourniture de pièces et de la garantie du libre échange. Il convient de mentionner que les stablecoins ont un retrait lent par rapport au fiat et un degré élevé de réglementation.

      Cependant, ce type de monnaie numérique est un outil puissant qui peut contribuer à améliorer l’écosystème des crypto-monnaies dans son ensemble, ainsi qu’un moyen alternatif d’épargne en cas de forte volatilité du marché.

Conclusions

Soft/Hard Fork

Soft/Hard Fork

6 min de lecture

Découvrez ce que signifie le fork, ses divers types, quand et pourquoi il se produit généralement.

what's hard vs soft fork

Soft/Hard Fork

Les termes soft fork et hard fork reviennent souvent dans la crypto-sphère. Dans cet article, nous allons essayer d’expliquer ce que sont le hard fork et le soft fork, quelle est la différence entre ces deux concepts. 

Qu’est-ce qu’un fork?                                   

Les altcoins sont apparus en 2011, perturbant la primauté de la première crypto-monnaie – le bitcoin. Les racines de la plupart des Altcoins poussent précisément à partir du Bitcoin, et le fork est la cause de ce processus. Autrement dit, un fork est un changement de règles dans lequel un bloc de la blockchain est considéré comme authentique (valide). Par conséquent, les utilisateurs votent pour un fork en téléchargeant un nouveau logiciel.

Types de forks

Il existe deux principaux types de forks : les soft forks et les hard forks (modification « douce » et modification « dure ».) Un soft fork est une modification d’un protocole logiciel qui est combinée avec une version précédente. À savoir, c’est une forme douce du changement de règle où les pièces de coin de l’ancienne version de Blockchain peuvent pleinement interagir avec les pièces de coin de la nouvelle version. Le soft fork de Bitcoin est un sujet brûlant au sein de l’industrie des crypto-monnaies.

Contrairement au hard fork, qui nécessite que (presque) tous les nœuds se mettent à jour et se mettent d’accord sur une nouvelle version, ce type de fork ne nécessite que le soutien fractionné des mineurs qui mettent à jour leur logiciel. 

Le hard fork est un passage radical à un nouveau protocole incompatible avec la version précédente ou une séparation complète de la blockchain en deux branches indépendantes. Les blocs authentiques de la nouvelle version ne sont absolument pas pris en charge par l’ancienne. Le hard fork le plus populaire dans la sphère des crypto-monnaies a été le hard fork de l’ether. Cette crypto-monnaie s’est scindée en deux camps : Ethereum et Ethereum Classic. Dans un hard fork, tous les nœuds et les mineurs passent à la dernière version du logiciel du protocole, au cas où ils voudraient passer à une nouvelle chaîne bifurquée. Cela crée la bifurcation dans la Blockchain. Par conséquent, il existe deux voies : la voie menant à une nouvelle Blockchain améliorée et la voie suivant les anciennes règles. Le hard fork ne se produit généralement que lorsqu’il y a un soutien suffisant de la part de la communauté des mineurs. Lorsqu’une majorité de mineurs accepte de mettre à niveau ou de forker, les développeurs de la blockchain commencent à travailler sur la mise à jour du code. En règle générale, le nombre d’accords ne doit pas être inférieur à 95 %.

Pourquoi un hard fork ?

Un hard fork peut être initié par les membres de l’équipe de développement ou les mineurs. L’essentiel est de réunir un groupe important de personnes capables de modifier le protocole source. Le dégroupage est impossible sans ingénieurs Blockchain qualifiés. L’objectif de la conduite de mises à jour majeures est de corriger les failles qui entravent le fonctionnement du réseau Blockchain. Des groupes individuels au sein de la communauté peuvent proposer différentes solutions au problème, et s’ils ne parviennent pas à un consensus, une scission ou un fork se produit.

Les fameux hard forks

Lorsqu’on leur demande ce qu’est un hard fork bitcoin, beaucoup de gens se souviennent de Bitcoin Cash (BCH). Cet actif est apparu en 2017 à la suite d’un hard fork sur la blockchain bitcoin. La crypto-monnaie existe toujours avec succès à ce jour. Le bitcoin et le bitcoin cash partagent une histoire commune jusqu’à la blockchain 478 558. Bitcoin Cash est né d’un désaccord au sein de la communauté sur le véritable concept de la crypto-monnaie défini par le créateur du bitcoin, Satoshi Nakamoto. La principale pomme de discorde était la taille des blocs et la mise en œuvre du système Segregated Witness. Un autre exemple célèbre concerne l’Ethereum (ETH), une branche réussie de la crypto-monnaie connue aujourd’hui sous le nom d’Ethereum Classic (ETC). Elle a été créée après le piratage de l’organisation autonome décentralisée (DAO) et le vol de 50 millions de dollars en ETH. La communauté Ethereum a réfléchi à la manière de gérer les conséquences de ce piratage, et la plupart ont décidé d’organiser un hard fork sur un bloc de 1 920 000. C’est ainsi que l’Ethereum fork a vu le jour.

Comment cela fonctionne-t-il dans les crypto-monnaies ?

Dans le cas des crypto-monnaies, un Fork fait référence à un changement des règles de fonctionnement qui consiste à introduire des modifications dans le protocole. En d’autres termes, il est nécessaire de mettre en œuvre de sérieux changements dans le fonctionnement pour rendre le bitcoin (ou toute autre crypto) meilleur et plus sûr. L’amélioration du système en termes de fonctionnement technique et l’élimination de certaines vulnérabilités constituent l’objectif principal des hard et soft forks. Par exemple, des questions telles que la vitesse des transactions ou les problèmes d’extensibilité du réseau peuvent être traitées par les forks.

Les versions des crypto-monnaies, créées par des forks, sont considérées comme plus avancées en termes techniques. Ces procédés techniques sont appelés à faciliter et à améliorer le fonctionnement du système, comme nous l’avons dit précédemment. Dans certains cas, il y a un conflit entre les développeurs. Certains pensent que le système doit rester inchangé, les autres insistent sur une conversion technique. De tels changements ont eu lieu dans les communautés du Bitcoin et de l’Ethereum (la deuxième crypto-monnaie la plus populaire au monde).

Cependant, à mesure que l’industrie de la blockchain évolue, les mises à jour majeures du code sont essentielles. Si les mises à jour sont bien faites et significatives, la crypto-monnaie en bénéficiera et les risques ne sont pas aussi élevés qu’ils le semblent. Mais, soyez prudent et regardez la situation objectivement. Bonne chance !

CONCLUSIONS

Existe-t-il des cartes de paiement Crypto ?

cartes de paiement Crypto

6 min de lecture

Obtenir des crypto-monnaies sous forme de liquidités.

are there crypto payment cards

Existe-t-il des cartes de paiement Crypto ?

Tout comme il existe des cartes de paiement dans les systèmes bancaires centralisés, il existe également des cartes de paiement cryptographiques pour les achats et tout ce à quoi elles sont destinées. La carte de débit Bitcoin, par exemple, permet aux particuliers de faire des achats en ligne. Les particuliers ont également la possibilité de retirer de l’argent dans les distributeurs automatiques, même si ces derniers n’acceptent pas les crypto-monnaies. 

Au lieu de convertir ces bitcoins en monnaie locale, les titulaires de la carte rechargent simplement leur carte de débit avec un montant de crypto-monnaie qui est automatiquement converti au moment de l’achat. 

En fait, les crypto-monnaies ont différentes cartes de débit existantes qui sont utilisées. Nous avons, Coinbase, BlockCard, Wirex, BitPay, Bitwala, Binance, pour n’en citer que quelques-unes. Notez que chaque carte de débit crypto est différente en fonction des crypto-monnaies qu’elle prend en charge, des frais qu’elle facture et des incitations qu’elle offre aux utilisateurs. 

Qu’est-ce que Coinbase ?

Coinbase est un échange de crypto-monnaies qui convertit instantanément les crypto-monnaies stockées dans plusieurs portefeuilles et accepte les cartes Visa. Il a été fondé en 2012 et offre un certain nombre de fonctionnalités de sécurité et de commodité, comme l’application de portefeuille mobile, la vérification à deux facteurs, le blocage instantané de la carte, le suivi des dépenses et bien plus encore. Avec les cartes de débit Coinbase, les utilisateurs convertissent les crypto-monnaies en un point de vente en fiat qui leur permet de payer en crypto. Comme toute autre carte de débit, elle doit être activée avant d’être utilisée, ce qui peut être fait dans l’application de la carte Coinbase, ou auprès de l’agent du service clientèle qui fournira alors à l’utilisateur un code d’activation. Le revers de la médaille est qu’un compte Coinbase est nécessaire et que les frais facturés sont excessifs.

Qu’est-ce que la BlockCard ?

BlockCard est une carte de débit de crypto-monnaie basée aux États-Unis qui offre les prix les plus bas jamais pratiqués. Elle permet également aux titulaires de carte d’effectuer des achats avec la crypto-monnaie de leur choix partout où Visa est acceptée. Elle ne facture pas de frais de dépôt, d’échange ou de retrait. En revanche, vous devez acheter des jetons Ternio et également connaître votre vérification (KYC). L’objectif principal de BlockСard est d’accélérer l’utilisation de la blockchain et des crypto-monnaies dans la vie quotidienne. Cela permet à ses utilisateurs de gagner l’utilité de leur crypto-monnaie et aussi de faire confiance au fait que les crypto-monnaies ne sont pas une arnaque. avec BlockCard, après avoir créé un compte BlockCard, l’utilisateur va ensuite soit acheter, soit faire un dépôt de la crypto-monnaie de son choix. Cette somme est ensuite convertie en TERN, qui représente le pouvoir d’achat de l’utilisateur. 

Qu’est-ce que le Wirex ?

Wirex est une plateforme de paiement numérique réservée à l’UE qui existe depuis 2014. Elle propose des cashbacks et des bonus de parrainage en bitcoin. Elle prend en charge 19 crypto-monnaies. En revanche, le titulaire d’une carte Wirex doit posséder un jeton Wirex (WXT) pour obtenir des récompenses. Pour pouvoir utiliser Wirex, vous devrez créer un compte sur le site Web de Wirex, vous faire vérifier, ajouter des cryptos ou de la monnaie fiduciaire sur le compte, puis passer une commande de carte. Notez qu’il y a des frais de carte de maintenance avec tous les frais et limites ventilés.

Qu’est-ce que BitPay ?

BitPay est une crypto-monnaie américaine qui est disponible dans 50 États, peut être partout dans le monde et ne nécessite pas de frais de conversion aux États-Unis. Mais d’un autre côté, pour pouvoir disposer de cette carte de débit, les personnes doivent avoir un numéro de sécurité sociale et un permis de conduire. Ces cartes ne peuvent pas non plus être envoyées à une boîte postale. Pour obtenir une carte BitPay, l’utilisateur devra être âgé de plus de 18 ans et avoir passé avec succès l’étape d’identification. BitPay est une carte de débit prépayée qui permet aux entreprises d’accepter les paiements en bitcoins ainsi que les dépôts bancaires dans la devise de leur choix moyennant des frais de paiement de 1 %. Pour utiliser ce service, vous devrez transférer des crypto-monnaies dans un portefeuille BitPay et, une fois cela fait, vous pourrez les convertir en dollars.

Ce ne sont pas les seules cartes de crypto-monnaies disponibles, au fil du temps, d’autres crypto-monnaies cherchent à sortir des cartes de paiement. En voici quelques exemples : Trastra, Bitnovo, PolisPay. 

En conclusion, essentiellement toutes ces cartes de paiement visent à offrir davantage d’options pour les achats en ligne et en magasin, ainsi que pour retirer de l’argent dans des endroits qui n’acceptent pas les crypto-monnaies. La meilleure carte de paiement à ce jour est Coinbase en raison de sa conversion automatique des crypto-monnaies, de sa facilité d’utilisation et de ses fonctions de sécurité.

Conclusions

Blockchain vs. banques

Blockchain vs. banques

5 min de lecture

La création et l'existence des crypto-monnaies et des banques rendent la concurrence et la comparaison inévitables. Découvrez les similitudes et les différences qui existent entre ces dernières.

blockchains vs banks

Blockchain vs. banques

Chaque jour, vous entendez parler de l’existence d’une finance décentralisée qui surpasse les systèmes bancaires à maints égards. Pourtant, en tant qu’être humain, on voudra toujours rester dans le système auquel on est habitué, parce que le diable que l’on connaît est meilleur que l’ange que l’on ne connaît pas. Mais vous serez cependant d’accord avec moi pour dire qu’essayer de nouvelles choses n’est jamais mauvais après tout. Cependant, si vous êtes un novice, vous avez peut-être entendu parler de l’existence des blockchains mais vous n’avez pas vraiment su ou compris la différence qui existe entre elles. Dans cet article, nous allons parler de la différence entre les blockchains et les banques.

La différence entre la blockchain et les banques

La technologie de la chaîne de blocs est considérée comme l’une des technologies les plus révolutionnaires du nouvel âge. Le système bancaire a été caractérisé par des banques centrales qui ont un certain degré de contrôle sur les banques commerciales. Le système bancaire existe depuis des années.  Afin d’établir la différence entre les chaînes de blocs et les banques, il sera important de connaître les avantages des deux systèmes.

Il vous intéressera de savoir qu’une chaîne de blocs est un type de base de données qui collecte une série d’informations et les regroupe en blocs. Les blocs ont une certaine capacité de stockage qui, après avoir été remplis, s’ajoutent aux blocs précédemment remplis, formant ainsi la chaîne de données que nous appelons « Blockchain ». Chaque nouvelle information qui suit le bloc fraîchement ajouté est collectée dans un nouveau bloc qui sera ajouté à la chaîne. L’avantage de cette méthode est qu’elle ne peut pas être piratée. Lorsqu’un bloc est rempli, il est gravé dans la pierre et devient une partie de la chronologie. Chaque bloc de la chaîne reçoit un horodatage exact une fois qu’il est ajouté à la chaîne. La nature centralisée du système bancaire le rend vulnérable au piratage.

La centralisation du système bancaire augmente également le potentiel de périodes économiques difficiles. Cependant, nous allons établir les différences entre les banques et les chaînes de blocs.

Avant tout, Blockchain est une base de données décentralisée qui ne nécessite pas l’intervention d’un tiers pour que les transactions soient effectuées. Alors qu’avec les banques, toutes les transactions sont effectuées par des tiers, qui comprennent les gouvernements ainsi que d’autres institutions financières.

La chaîne de blocs est transparente. Elle conserve la confiance de ses utilisateurs grâce à sa transparence. Elle est transparente en ce sens que chaque transaction est visible par tous les participants, sans possibilité de cacher des informations. Mais les grands livres bancaires sont fermés, complètement privés et isolés. Le public ne reçoit qu’une certaine partie des registres gérés par les banques. 

Alors que la blockchain est disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par an, les banques travaillent à partir d’une heure donnée pendant un nombre de jours déterminé. Avec la chaîne de blocage des bitcoins, les transactions peuvent prendre entre quinze minutes et une heure selon l’encombrement du réseau, contrairement aux banques qui peuvent mettre environ 24 heures et plus particulièrement en cas d’encombrement du réseau. 

Étant donné que ce sont les participants qui font tout le travail sur la blockchain, il n’est pas nécessaire que des tiers interviennent. De ce fait, les coûts sont réduits et le processus d’échange d’actifs est beaucoup plus rentable que les échanges avec les banques. En fait, les utilisateurs ont la possibilité de déterminer le montant qu’ils sont prêts à payer. Cela est intéressant car cela crée un marché ouvert ou si l’utilisateur fixe ses frais à un prix non favorable, sa transaction risque de ne pas être traitée.

La chaîne de blocs est résistante aux erreurs. C’est un moyen beaucoup plus sûr de stocker des informations en raison de sa résistance à l’altération, à la modification ou même à la suppression des données. Une fois qu’une information est stockée, elle ne peut être perdue ou effacée et la chaîne garde une trace de tout ce qui la suit. Tous les enregistrements sont irréversibles. Alors que les grands livres bancaires ne le garantissent pas et qu’ils peuvent être modifiés ou changés séparément, ce qui les rend moins fiables.

Alors que les chaînes publiques permettent à des participants du monde entier de s’y joindre à tout moment et de n’importe quel endroit, les banques ne le proposent pas. Il faut des jours à une banque pour traiter les transactions et parvenir à un règlement.

En conclusion, compte tenu de la comparaison effectuée, les blockchains sont plus sûres et plus sécurisées. La blockchain est susceptible de rendre les opérations commerciales et gouvernementales plus précises, plus efficaces, plus sûres et moins chères, avec moins d’intermédiaires.

Conclusions

Anonyme ou non?

Anonyme ou non?

4 min de lecture

Les crypto-monnaies sont-elles anonymes ou non ? Réfléchissons ensemble à cette question.

Anonimity or not

Anonyme ou non?

En raison du travail de marketing actif de nombreuses entreprises, de blogueurs et d’autres personnes cherchant à gagner de l’argent grâce à ce secteur, beaucoup de gens pensent encore que toutes les crypto-monnaies sont anonymes.

La principale idée fausse aujourd’hui est que le bitcoin et les crypto-monnaies, en général, s’éloignent du système bancaire et de l’impossibilité de suivre l’argent, mais ce n’est pas entièrement vrai. Si les gens veulent l’anonymat, il s’agit d’autres monnaies. 

Principes de base de la blockchain

Tout le monde sait que les crypto-monnaies fonctionnent sur un système de blockchain. Le principe de base de la blockchain est la transparence et la publicité des transactions. Il est possible de retracer la chaîne des opérations de tout participant au réseau et de déterminer, par exemple, la fréquence et le volume des transferts. Le système donne également à tout utilisateur la possibilité d’écrire les adresses à partir desquelles les montants ont été transférés ; chacune d’entre elles peut être utilisée pour une nouvelle recherche. Et si le propriétaire a laissé ses données quelque part – par exemple, lors d’une commande dans un magasin en ligne ou sur un forum – vous pouvez également l’identifier.

Le bitcoin n’est ni complètement anonyme ni complètement transparent. La réponse à la question de la confidentialité de Bitcoin se trouve quelque part dans une zone grise, où la confidentialité de l’activité de l’utilisateur dépend finalement des capacités de son adversaire, des connaissances techniques des utilisateurs et des outils qu’ils utilisent. Il n’existe pas de solution parfaite pour la protection de la vie privée en ligne et, dans de nombreux cas, les choix en matière de protection de la vie privée sont inévitablement associés à un certain nombre de compromis, tant en termes de coût que de facilité d’utilisation. 

Transactions dans la blockchain

De plus, la vie privée n’est jamais un objectif statique mais évolue constamment dans la course entre ceux qui créent des outils pour protéger la vie privée et ceux qui créent des outils pour la détruire.

Apporter des modifications au protocole sous-jacent s’avère rarement être un simple compromis entre vie privée et transparence. Le plus souvent, elles s’accompagnent également de changements en matière de sécurité, d’évolutivité et de compatibilité logicielle. Historiquement, les tendances de développement et l’éthique de la communauté Bitcoin ont toujours privilégié le respect de la vie privée plutôt que la transparence totale.  Toutefois, l’approche de Bitcoin est plus conservatrice par rapport aux crypto-monnaies, pour lesquelles le respect de la vie privée est la priorité absolue.

Lorsque vous effectuez des transactions sur le réseau Bitcoin, vous laissez deux types de traces. Elles peuvent être divisées entre celles qui sont enregistrées dans la blockchain et celles qui ne sont pas enregistrées dans la blockchain. Les informations contenues dans la blockchain ne permettent pas de relier directement les transactions à votre identité, mais elles permettent de relier vos transactions entre elles. Les traces de la deuxième catégorie permettent de relier vos transactions à votre personnalité : celles qui ne sont pas enregistrées sur la blockchain.

Lorsque vous effectuez des transactions sur le réseau Bitcoin, de temps en temps vous recevez (envoyez) de l’argent de (vers) une organisation qui sait qui vous êtes. Par conséquent, cette entité aura une connaissance hors blockchain qui lie votre identité à vos transactions bitcoin. Un moyen facile de comprendre quel type d’information est stocké en clair sur la blockchain Bitcoin est d’utiliser un explorateur de blocs.

Sécurité de la blockchain

La nature pseudonyme mais transparente de la blockchain Bitcoin crée un environnement dans lequel la confidentialité du système dépend finalement des outils utilisés par l’utilisateur et des actions des analystes de la blockchain. Les réglementations internationales obligent toutes les bourses fonctionnant officiellement à effectuer un KYC de leurs clients. Le KYC est le nom donné au processus de vérification de l’identité réelle des clients d’une entreprise. 

Ainsi, l’utilisation des crypto-monnaies à des fins criminelles (blanchiment d’argent, darknet, …) peut être traquée. Une politique de KYC forte est un moyen de rendre la crypto sphère très sûre.

Conclusions

Qu’est-ce qu’une clé cryptographique ?

Qu'est-ce qu'une clé cryptographique ?

Vous souhaitez savoir ce qu'est une clé cryptographique ? Découvrez les différents types qui existent et à quoi ils servent.

Public and Private keys

Qu'est-ce qu'une clé cryptographique ?

Dans cet article, nous allons vous donner une réponse à ce qu’est la clé cryptographique. Une clé cryptographique est un ensemble spécial de données qui est utilisé pour crypter et décrypter les informations envoyées sur le réseau. Les clés cryptographiques sont utilisées pour crypter et décoder des messages, pour établir et vérifier des signatures numériques ou pour vérifier l’authenticité des messages, etc. Le succès du décryptage dépend largement de la clé utilisée. Si, pour une raison quelconque, l’accès à celle-ci est perdu, il sera impossible de décrypter les données.

Il est important de noter que la fiabilité de la clé est déterminée par la longueur de la clé, qui est mesurée en bits. La longueur est un paramètre important de la force cryptographique dans les algorithmes de cryptage modernes. La longueur standard des clés est de 128 ou 256 bits. Par ailleurs, les clés cryptographiques diffèrent en fonction des algorithmes du système. Il existe 2 principaux types de clés : Ouvertes (publiques) et fermées (privées). Examinons-les.

Clé publique

La clé publique est accessible à tous. Elle est utilisée pour crypter les données lorsque le navigateur accède au serveur. 

Dans les systèmes à clé publique, chaque personne possède une clé publique et une clé privée qui se complètent mutuellement. La clé publique est disponible, puisqu’elle est la clé de transmission des informations dans le réseau.Cette clé peut être publiée dans le domaine public pour vérifier la signature numérique électronique et empêcher toute action malveillante de la part du certificateur du document, s’il refuse de le signer.

Clé privée (clé secrète)

Tout d’abord, la clé privée n’est connue que du propriétaire du site. Elle est utilisée pour décrypter les données envoyées par le navigateur. Afin de garantir la confidentialité et la sécurité totales des données et de les protéger des intrus, la clé privée doit être tenue secrète par son propriétaire vis-à-vis des tiers. Comme vous le savez, la clé privée est toujours protégée par un mot de passe, ce qui empêche son utilisation non autorisée. Le cryptage avec deux clés de types différents garantit la sécurité des informations. Même si le fraudeur intercepte le trafic, il ne sera pas en mesure de le décrypter sans la clé privée. La clé privée est générée par le système dans une séquence aléatoire de chiffres et de lettres. Il convient de noter que seule une certaine version de la clé publique est adaptée à une clé privée.

Comment fonctionnent les clés publiques et privées.

Une clé publique peut sembler difficile pour un néophyte, mais elle est très utile pour la communication, surtout lorsque l’expéditeur ne veut pas que tout le monde connaisse le contenu du message. Dans la cryptographie, deux personnes sont impliquées, à savoir l’expéditeur et le destinataire, qui possèdent tous deux une clé publique et une clé privée contenant de grandes propriétés mathématiques. Si un message est codé à l’aide de la clé publique d’une personne, celle-ci sera à son tour capable de le décoder à l’aide de sa clé privée. En termes simples, au sein de l’infrastructure à clé publique, la clé publique chiffre les données et dès que cela a été fait, seule la personne possédant la clé privée sera en mesure d’en décoder le contenu. La longueur d’une clé publique dépend de l’algorithme utilisé et varie de 128 bits à 4096 bits. 

Une clé privée, en revanche, qui est une clé secrète, n’est connue que de son propriétaire. Il s’agit d’un long nombre généré de manière aléatoire qui ne peut être deviné. Il ne peut être décodé que par la personne à qui le message est destiné. Par exemple, Pierre envoie un message crypté à Nadia et oublie de lui fournir la clé secrète. Sans elle, Nadia ne pourra pas obtenir le message et si elle reçoit finalement la clé privée, elle pourra alors obtenir le message. En général, une clé privée est conservée en toute sécurité afin qu’aucun tiers ou fraudeur ne puisse y avoir accès. 

En outre, les deux clés sont stockées dans un fichier appelé anneau de clés, qui stocke également divers certificats de clés. Il existe généralement un anneau pour les clés publiques et un anneau pour les clés privées. En général, le cryptage à clé publique et privée peut être considéré comme un cas pour lequel deux clés sont utilisées : l’une ne peut que fermer, l’autre peut ouvrir. Mais, bien que les clés privées et publiques soient mathématiquement liées, il n’est pas possible de calculer la clé privée à partir de la clé publique.

Cependant, nous pouvons être sûrs que les clés assurent la sécurité du système. Elles excluent la possibilité de fuite d’informations, ainsi que la possibilité de les rediriger vers un autre site.

Conclusions

Qu’est-ce qu’une signature électronique ?

Qu'est-ce qu'une signature électronique ?

7 min de lecture

Dans cet article, nous allons tout vous dire sur la signature électronique et sur sa sécurité.

What is the electronic signature

Qu'est-ce qu'une signature électronique ?

Que vous soyez novice ou expert en matière de signatures électroniques, la première fois que l’on parle de signature électronique, on pense à la sécurité de ses biens, étant donné que les signatures donnent accès à des documents très importants de tout être humain ou de toute entreprise. Avec l’évolution rapide du monde numérique, tout peut être falsifié. Cet article traite des signatures électroniques et de leur authenticité.

L’époque où il fallait imprimer un document, le signer, le scanner avant de l’envoyer par courrier électronique est révolue. Avec l’introduction de la signature électronique, tout ce stress semble avoir disparu. Une signature électronique est une signature numérique sur une plateforme numérique spéciale. Il s’agit d’un mécanisme cryptographique souvent utilisé pour mettre en œuvre des signatures électroniques. Il est conçu pour fournir au signataire une méthode d’identification sécurisée afin de garantir qu’une transaction ne soit pas violée. Cela signifie qu’une signature électronique vous permet de dire adieu aux classeurs. En accélérant le temps nécessaire à l’accomplissement des tâches administratives, les signatures électroniques permettent de gagner du temps sur les choses qui comptent vraiment dans votre entreprise.

Comment les signatures électroniques sont-elles créées ?

Il est cependant très facile de créer une signature électronique étant donné que des logiciels de signature sont disponibles en ligne. Mais comment cela fonctionne-t-il ? Vous pouvez soit apposer votre signature directement dans un document en cliquant sur le bouton de votre souris, soit saisir votre nom, qui sera automatiquement présenté comme une signature électronique.

La première étape consiste à créer votre signature à l’aide d’une signature ou d’un stylet ou, si vous utilisez un appareil mobile, vous pouvez signer directement avec votre doigt. Ensuite, si vous avez utilisé un morceau de papier pour créer votre signature, prenez-en une photo à l’aide de votre téléphone ou d’un appareil photo et téléchargez-la sur le site web que vous utilisez pour créer la signature électronique, puis utilisez le curseur pour dessiner votre signature. 

Avantages des signatures électroniques

Tous les documents sont signés sans timbre, et cela permet d’économiser du papier. Comme nous l’avons mentionné précédemment, avant l’apparition des signatures électroniques, tout document devant être signé devait être imprimé et signé à la main ou par une signature humide, mais les signatures électroniques évitent d’imprimer des papiers ici et là. 

En outre, tous les documents sont envoyés par courrier électronique, ce qui permet d’économiser des frais de port. Cela signifie que vous pouvez signer un document sans avoir à vous déplacer ou à assister à une réunion et que vous pouvez stocker ces documents sous forme numérique, ce qui élimine le besoin de paperasse. Grâce au cryptage numérique et aux pistes d’audit associées aux signatures numériques, les signatures électroniques sont scellées, stockées et protégées des pirates et des failles de sécurité. 

Enfin, avant l’avènement des signatures électroniques, l’examen médico-légal reposait sur l’établissement de l’écriture manuscrite et des paroles des témoins. Les signatures électroniques documentent l’heure, la date, l’adresse IP et la clé d’identification unique de l’utilisateur utilisée au moment de la signature.

En termes de cryptographie, on parle plutôt de signatures numériques. Les signatures numériques sont des primitives à clé publique. Une signature numérique est une valeur cryptographique qui est calculée à partir des données et d’une clé secrète connue uniquement du signataire. Comment allez-vous créer une signature numérique et comment fonctionne-t-elle ?

Tout d’abord, toute personne qui accepte cette clé est un propriétaire public-privé. Ces clés sont couramment utilisées pour le cryptage/décryptage. La signature se fait avec une clé privée, également appelée clé de signature, tandis que le processus de vérification se fait avec une clé publique. Cette clé privée transmet ensuite les données à une fonction de hachage et génère également un hachage des données. Une fois cette opération effectuée, la clé de signature envoie les informations à l’algorithme de signature, qui crée alors une signature sur la base du hachage spécifié.

Pour la vérification, la valeur de hachage et le résultat de l’algorithme de vérification sont comparés. Comme la signature numérique est créée avec la clé privée du signataire, celui-ci ne peut pas refuser de signer les données à l’avenir. L’importance des signatures numériques repose sur l’authentification des messages, l’intégrité des données et la fiabilité.

Si beaucoup utilisent encore la méthode de signature traditionnelle, pour la plupart des propositions commerciales, les signatures électroniques sont la méthode privilégiée pour documenter les signatures sur Internet. En ajoutant le chiffrement à clé publique à un schéma de signature numérique, vous pouvez créer un système cryptographique capable de fournir quatre éléments de sécurité de base.

Signature numérique

Beaucoup de gens pensent souvent que les signatures électroniques sont les mêmes que les signatures numériques. Or, ces concepts sont très différents, même dans leur mode opératoire. Elle peut être définie comme une technique qui lie une personne ou une entité à des données numériques qui pourraient être vérifiées indépendamment par le destinataire ou tout autre tiers. En effet, ce système est basé sur la cryptographie à clé publique et toute personne opérant sur ce système devra obtenir une clé publique et une clé privée. La clé privée est connue sous le nom de clé de signature utilisée pour la signature tandis que la clé publique est utilisée pour la vérification et est connue sous le nom de clé de vérification.  Ainsi, ces paires de clés sont utilisées différemment pour le cryptage/décryptage et la signature/vérification. En d’autres termes, la clé privée qui est la clé de signature est utilisée pour la signature tandis que la clé publique est utilisée pour la vérification et est connue sous le nom de clé de vérification. Cependant, notez que de nombreuses communications numériques préfèrent utiliser des messages chiffrés plutôt que des textes en clair, simplement pour améliorer la confidentialité. 

Illustrons simplement le fonctionnement du système. Le signataire introduit des données dans la fonction de hachage et génère un hachage des données. La valeur de hachage et la clé de signature sont ensuite transmises à l’algorithme de signature qui produit la signature numérique sur le hachage donné. La signature est jointe aux données, puis les deux sont envoyées au vérificateur. Le vérificateur, quant à lui, introduit la signature numérique et la clé de vérification dans l’algorithme de vérification. La valeur de hachage et l’algorithme de sortie sont comparés et, en fonction du résultat de la comparaison, le vérificateur décide si la signature numérique est valide. Étant donné que la signature numérique est créée par la clé privée du signataire et que lui seul a la garde de cette clé, il ne peut donc pas désavouer les données à l’avenir. Bien que les signatures électroniques puissent sembler identiques lorsqu’on les évoque, elles diffèrent pourtant beaucoup. Voici quelques-unes des différences qui existent entre elles. 

Tout d’abord, elles diffèrent dans le domaine de la finalité. Alors qu’une signature électronique est utilisée pour vérifier un document, la source du document et l’auteur, l’objectif de l’identité numérique est de sécuriser un document afin qu’il ne soit pas altéré par des personnes non autorisées. Cela se fait par la mise en œuvre de clés privées et publiques. 

Deuxièmement, les signatures électroniques ne sont pas réglementées et, pour cette raison, elles sont moins favorables pour beaucoup de personnes et d’États, car leur authenticité est douteuse. En revanche, les signatures numériques sont réglementées et autorisées par des autorités de certification, qui sont des tiers chargés d’accomplir ces tâches. En outre, les signatures numériques comportent des caractéristiques destinées à sécuriser le document. 

Enfin, avec la signature électronique, il peut être difficile d’identifier le véritable propriétaire de la signature puisqu’elle n’est pas certifiée, c’est-à-dire l’authenticité ainsi que l’intégrité du document, alors qu’avec la signature numérique, puisque le signataire ne peut répudier aucune des informations jointes aux données, il est très facile d’identifier le propriétaire et il est également très facile de remarquer si le document a été altéré puisque toute modification non autorisée entraînera un échec de la vérification de la signature numérique.

En outre, les signatures électroniques sont très importantes pour certaines activités, car elles sont conformes aux lois et réglementations applicables ainsi qu’aux normes industrielles. Elle présente toutefois quelques lacunes qui ont été énumérées dans les différences, mais cela n’annule pas son importance. Pour tous ceux qui ont besoin d’une plus grande sécurité en matière de documents et d’informations, les signatures numériques sont d’une meilleure utilité car elles sont juridiquement contraignantes et authentiques, même si la traçabilité du propriétaire du document est assurée.

Conclusions